Interview Pieters Dwight

 

Bonjour Dwight , pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 30 ans, je suis salarié au sein de l’écurie de Robert Bergh, responsable des poulains et je drive aussi en course principalement pour Robert Bergh.

Parlez-nous de votre expérience dans le domaine des courses hippiques

J’ai commencé le métier chez Luc Roelens, puis j’ai travaillé avec mon beau-père Peter Derycke et cumulé plusieurs expériences en France chez philippe Bengala, Théophile Loncke, des stages chez Jean-Philippe Dubois et Philippe Masschaele.

Je me suis ensuite installé 6 ans en Normandie avec mon beau-père et bossé en tant que prestataire de service en 2017. J’ai ensuite eu la chance d’apprendre aux côtés de PA Rynwalt Boulard, Alexandre De Jesus, Philippe Allaire et Dominik Locqueneux. En 2018, j’ai fait une pause en Belgique avant de partir pour la Suède pour un nouveau départ en travaillant pour Robert Bergh.

Je suis actuellement au haras de Hajom, situé dans le sud de la Suède. (Robert Bergh a également un haras dans le nord du pays). On a actuellement 115 chevaux dont 25 deux ans. Une vingtaine d’autres deux ans vont encore arriver.

Depuis que je suis arrivé chez Robert Bergh, je m’occupe des poulains jusqu’aux qualifications et également de quelques chevaux de course. Je m’occupe également de la communication de l’écurie avec les journalistes suédois.

On me fait de plus en plus confiance pour driver les chevaux de l’écurie en course, ce qui est mon principal but et ça va dans le bon sens. Je suis donc très satisfait car je veux aider un maximum Robert Bergh qui m’a fait pleinement confiance et driver de plus en plus.

 

Vous qui connaissez bien les poulains de l’écurie Bergh, pouvez-vous nous en conseiller ?

Actuellement, on a des 3 ans intéressants : Mr Mah Can, Foreign Rain, Horizon Du Gers sont les espoirs de l’écurie pour cette année. Mary Am est aussi à suivre ainsi qu’une pouliche qui court mardi à jagersro  avec une très belle chance : Emirate.

 

Avez-vous également des chevaux d’âges à nous conseiller ?

Vikens high yield, Yes Mickey va débuter bientôt pour nous et vient directement d’Amérique, Power, Hail Mary, Van Gogh, Maceleria, Boxer schrimp et Monnykeeper.

 

Quel est le cheval avec qui vous avez pris le plus de plaisir à driver en course ?

J’ai mené des chevaux de qualité dans ma carrière mais une jument que j’ai drivé en France à Cabourg est mon plus beau souvenir : Aimée de Pervenche qui était entraînée par mon père et avec qui j’ai gagné un Quinté +

 

Quel est votre favori pour l’Elitloppet 2020 ?

Il faudra voir quels chevaux étrangers seront de la partie. Pour les chevaux suédois, mon favori sera Missle Hill. J’aime également beaucoup Disco Volante, et coté étranger, Vivid Wise As c’est du lourd.

 

Vu de France, la Suède surprend car c’est le seul pays d’Europe à ne pas avoir stoppé ses courses hippiques. Comment l’expliquez-vous ?

Oui, c’est sûr que cela peut surprendre beaucoup de monde mais nous sommes un minimum de personnel aux courses, on se change dans nos voitures et on suit toutes les règles comme il faut avec un minimum de contact entre nous afin d’éviter une contamination.

 

Un dernier mot pour le public français ?

J’espère que les courses françaises vont reprendre très vite et partout dans le monde en espérant que tout le monde puisse vivre de sa passion sans problème. Cela serait dommage que des entraîneurs, propriétaires et éleveurs soient obligés d’arrêter leur activité à cause de cette crise sanitaire.

 

Merci Dwight

Vous aimerez aussi...